De Tupiza à Potosi: premiers jours en Bolivie !

Nous prenons un bus de Salta à La Quiaca: ville frontalière. Les paysages traversés sont encore incroyables ! Un dernier jus d’orange et nous filons à pied en Bolivie.
Les femmes sont en habits traditionnels et portent d’immenses « sacs ». Elles font les allers-retours entre Bolivie et Argentine, ça sent le bon marché 😉 majoritairement ce sont des habits (qui seront revendus le double, voir le triple…)
Le passage de frontière se fait sur un pont au-dessus du rio et tout se passe à merveille !
Nous sommes en Bolivie !!! Nous échangeons nos pesos contre les bolivianos et direction le terminal pour filer sur Tupiza !

Villazon – Tupiza: le baptême bolivien !

Tupiza Tupiza Tupiza aaaaa ! Potosi Potosi Potosiiiiii ! Sucre sucre sucre ?!?! Tupiza Tupiza ! Incroyable ! Tout le monde crie la destination de sa compagnie ! Dès qu’ils nous ont vu, ils nous ont sauté dessus ! En même temps, faut dire qu’on ne passe pas inaperçu ! Et c’est avec le sourire que Guillaume « a joué » avec eux. Différentes compagnies et modes de transport nous étaient proposés, de la voiture en passant par le mini-bus et le bus. Les prix se valent tous, évidemment la tête du client y joue mais après 10 mois de voyage et un passage en Asie, on est bon (la Bolivie nous y fait d’ailleurs un peu penser) ! Nous décidons de prendre le bus, c’est le prochain à partir! Autre nouveauté : tu payes ton ticket de bus (jusque là normal) et quand tu veux monter dans le bus tu payes 1 ou 2 bolivianos par personne. Oui oui c’est ça vous avez compris (ou toujours pas, comme nous) il y a une taxe qui t’oblige à payer pour monter dans le bus. Ils sont magiques !
Pourquoi baptême ? Bon je vous la fais en rapide ! Nous avons eu le droit aux vendeurs dans le bus, chanteuse, enfants qui travaillent (ici c’est autorisé à partir de 10 ans…), fouille du bus, affaires cachées sous nos sièges, armée dans le bus, bakchichs en direct, cubia à fond et nous avons découvert la conduite suicidaire bolivienne ! Et c’était cool ! (Bon à part la conduite et peut être la cubia à force ^^)

Tupiza: on repart!

Tupiza petite ville à 2950 mètres d’altitude positionnée au milieu de paysages spectaculaires ! Point de départ pour le sud Lipez, les canyons alentours, Tarija et le nord. Pourquoi n’avons nous pas de motos ou une voiture, pourquoi ne sommes nous pas véhiculés ?! Nous avons qu’une envie c’est d’être libre et autonome les routes boliviennes ont l’air tellement bien et on en a marre du bus ! C’est comme ça ! On reviendra 😉
Et comme si ça suffisait pas, on rencontre un petit frenchi avec sa moto…
Il file le lendemain sur Potosi, nous ne sommes pas encore bien décidés pour le salar d’Uyuni et ses 3-4 jours dans le sud Lipez, alors nous nous retrouverons ensemble sur Potosi.
Tupiza est aussi un point de départ pour les expéditions Sud Lipez et Salar d’Uyuni. La boucle se fait à l’inverse de celle d’Uyuni et il paraît qu’il y a moins de monde en haute saison. À voir.
200 km et 5 h de bus ! Ça monte et ça tourne fort ! Dommage on arrive juste pour le 2ème but de Griezman. Tchao les allemands à nous la finale !

Potosi ses 4090m d’altitude et sa mine !

Avec plus de 100 000 habitants elle est nommée ville la plus haute du monde ! Inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco, elle fut dans le temps de la colonisation au cœur de l’enrichissement de l’Espagne. Merci Cerro Rico « colline riche » d’offrir encore aujourd’hui argent (qui se fait de plus en plus rare),étain, fer et zinc ! Pour la petite anecdote il paraît qu’autrefois en France on disait même : « riche comme Potosi » !
L’histoire de cette ville et de la mine est vraiment déplorable, je la résumerai par l’atrocité de l’homme pour la conquête de sa richesse personnelle.
Aujourd’hui encore plus de 6000 hommes triment dans cette mine pour un meilleur salaire…
La majorité de la ville est construite avec des maisons en briques rouges et des chantiers qui ne se termineront probablement jamais ; puis il y a le centre touristique. Trace de la cité coloniale et de sa richesse passée avec ses bâtiments et églises au style baroque.
Entre grisaille des quartiers ouvriers et richesse du centre touristique, voilà Potosi.
Direction la mine avec un ancien mineur et avant d’entrer dans les entrailles du Cerro Rico, nous avons eu le droit à une belle explication de la mine d’aujourd’hui, boire de l’alcool à 96° et faire quelques emplettes pour les mineurs : alcool, feuilles de coca, jus de fruits, détonateurs et explosifs. Tout ça caché dans nos sacs.
Habillés en mineur et le souffle un peu court à cause de l’altitude, nous arrivons à la mine. Êtes-vous claustrophobe ?! Ah ! et bien on verra ça dedans ! Riche en émotions et en partage ! On a rencontré des mineurs et échangé avec eux, ça permet de se rendre compte de ce qu’ils endurent vraiment…
Direction Uyuni pour découvrir l’enfer blanc. Et redescendre un peu. Les nuits sont moins paisibles et tellement fraîches à cette altitude là en hiver !
On ne s’attendait pas à retrouver des copains de Thaïlande ! Ça va changer nos plans mais que c’est bon…



Infos utiles: prix pour 2

Dodo

  • Tupiza – valle Los Hermosos: chambre dortoir x 6 avec toilette/douche publique, petit dej et wifi: 80 bs / 10,6 € nuit
  • Potosi – La casona: chambre privée avec 2 petits lits, toilette/douche publique, petit dej, wifi: 90 bs / 11,9 € nuit

Transport

  • Villazon – Tupiza bus env 100km: 34 bs / 4,5€
  • Tupiza – Potosi bus env 200km 50 bs / 6,6€

Visite

  • Visite de la mine: 160 bs / 21,2€
  • Achat pour les mineurs: 40 bs / 5,3€

Les commentaires sont fermés